vendredi 23 mars 2018

La photo du mois: mutation pour "mauvaise fréquentation"

Chers lecteurs,

Pour ce mois-ci, nous vous présentons un courrier des Douanes Royales du 21 Janvier 1825.

Ce courrier de la Direction de Nantes,  inspection de Machecoul, sous inspection de Beauvoir nous informe sur les contraintes auxquelles pouvaient être soumis les agents des douanes.

En l'espèce, une mutation du préposé Triballeau François est demandée par son inspecteur au motif qu'il faut éloigner le préposé Triballeau d'une fille qu'il fréquente à Bouin et avec laquelle il ne conviendrait par qu'il se mariât, vu le grand dénuement dans lequel cette personne se trouve ; sa position d'homme marié offrant d'ailleurs rarement des vacances .
 Il est proposé une mutation avec le préposé  Guillet Louis, en poste à la brigade du port la Roche

La voie hiérarchique a annoté son courrier pour avis qu'elle transmettra au Directeur.

De nos jours, cette anecdote peut faire sourire mais à l'époque, le préposé Triballeau n'a pas du faire de même...




mardi 9 janvier 2018

Avis à tous les branchés du net !!

L'AHAD  a désormais son compte Twitter : @Douanes. N'hésitez pas à vous y abonner...en attendant l'ouverture prochaine de notre site internet.

mardi 19 décembre 2017

LA MÉMOIRE DE LA FAMILLE THILLAYE DU BOULLAY : Douanier à Rome en 1812

Chers lecteurs et passionnés,

Nous vous signalons l'annonce de la publication d'un livre sur l'histoire d'une famille du XVIII au XXe siècle.
Parmi ses membres portant le nom de Thillaye du Boullay, deux ont été fonctionnaire des douanes ; l'un deux fut directeur à Rome sous le premier Empire.

Les activités commerciales, politiques, publiques, industrielles des différents membres de cette famille revivent au fil des pages illustrant ainsi une formidable ascension sociale au fil des siècles.

Si vous êtes intéressés, vous trouverez ci-dessous un bref résumé ainsi que le bon de commande.



La photo du mois de Décembre : Honneur à nos collègues italiens !

Nous vous présentons pour cette fin d'année une magnifique affiche des années 60 de nos collègues italiens et plus précisément de la Guardia di Finanza. Cette affiche a été certainement été éditée lors d'une campagne de recrutement car il est indiqué que "pour toutes informations de s'adresser aux commandements du corps".

La Garde des finances (en italien Guardia di Finanza) est la police douanière et financière italienne.
 C'est un corps qui fait partie des forces armées italiennes mais dépend directement du ministre de l'économie et des finances.
 Elle possède de nombreuses compétences de police judiciaire et de police militaire. Ses principales attributions sont les contrôles douaniers et la lutte contre la fraude, la criminalité financière, la contrebande, le trafic international de drogue, l'immigration clandestine, le financement terroriste, le blanchiment d'argent, la contrefaçon monétaire et d'autres produits, de luxe notamment.
Les effectifs de la Guardia di Finanza sont d'environ 68 000 officiers (ufficiali), inspecteurs (ispettori), surintendants (sovrintendenti) et financiers (appuntati/finanzieri). Ses militaires sont de service en outre près de Europol et l'Office européen de lutte antifraude (OLAF).

 L’Accademia della Guardia di Finanza est une école militaire active dont le rôle est la formation des officiers de la Guardia di Finanza. Son siège est situé à Bergame.
Fondée en 1896, son siège qui à l'époque était situé à Caserte, a été successivement transféré à Rome (1925) et enfin Bergame (1984). Depuis 1995, certains cours spéciaux et applications se déroulent à Castel Porziano.
L' Accademia della Guardia di Finanza est actuellement dirigée par le général de brigade
Rosario Lorusso.

nb: chaque année et cela depuis plusieurs décennies, la Guardia di Finanza fait appel à des élèves des écoles d'art d'Italie pour illustrer son calendrier historique ainsi que ses splendides affiches.

dimanche 17 décembre 2017

L’administration des douanes en France de 1914 à 1940, par Jean CLINQUART : ouvrage disponible au format EPUB

L'Institut de la Gestion Publique et du Développement Economique signale la mise à disposition au format "EPUB" du 6ème ouvrage de Jean CLINQUART.

CLIQUEZ ICI POUR ACCEDER A L'OUVRAGE AU FORMAT EPUB
 
Avec L’administration des douanes en France de 1914 à 1940, Jean Clinquart signe le sixième tome de sa monumentale histoire de la douane française, depuis la création de la régie nationale par l’Assemblée constituante, et dont les cinq premiers tomes ont été publiés, de 1977 à 1986, par l’Association pour l’histoire de l’administration des douanes.
2Si l’on ajoute, tant il est vrai que, comme pour l’Enregistrement, et les Contributions indirectes qui viennent, enfin, de lui être rattachées, l’administration des Douanes puise ses racines directement dans la Ferme générale, les travaux effectués par l’auteur sur la douane de l’Ancien Régime et publiés par le Comité pour l’histoire économique et financière, on mesure l’importance de la réflexion d’ensemble menée depuis plus de vingt-cinq ans par Jean Clinquart sur le sujet.




mardi 5 décembre 2017

Remise du Prix Jean Clinquart


LES TROISIÈMES PRIX « JEAN CLINQUART ONT ETE REMIS A LA
DIRECTION GENERALE

Le 21 novembre dernier s’est déroulée la 3e cérémonie de remise des prix Jean Clinquart, présidée par le directeur général.

Une première édition avait eu lieu en 2013, une seconde en 2015.
Pour l’édition 2017, le jury s’est réuni le 13 septembre dernier, et a désigné les lauréats.
Dans la catégorie « thèses de doctorat et travaux assimilés », le prix a été attribué à Monsieur Momcilo MARKOVIC, pour sa thèse portant sur « la Révolution aux barrières : la fraude et l’octroi à Paris (1785-1791) » réalisée sous la direction de Monsieur Pierre SERNA, professeur à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, et directeur de l’institut d’Histoire de la révolution française.

Alors que la prise de la Bastille le 14 juillet 1789 est considérée comme l’événement fondateur de la Révolution française, M. MARKOVIC revientsur l’attaque de la plupart des barrières du mur de l’octroi parisien alors en construction, dans la nuit du 12 au 13 juillet 1789, pour tenter de démontrer
que cette attaque procède du même mouvement de recherche de liberté et lui redonner sa place.  Après avoir décrit en détail les motifs, puis les avatars de la construction de cette barrière dite « mur des fermiers généraux », l’auteur évoque l’organisation de la ferme générale, la fraude, la répression, la violence, les sanctions, l’intense crispation sociale que génère cette fiscalité « aux barrières ».
La destruction de ces bureaux d’octroi est ensuite minutieusement décrite, avec les questions qu’elle pose : mouvement spontané ou organisé ? Qui en profite véritablement ? Révolte ou …Révolution ?
Avec le procès des incendiaires, qui en fait n’aura jamais lieu, nous plongeons dans les débuts de la Révolution avec toutes ses incertitudes, ses renoncements, ses excès.

Dans la catégorie « mémoires de master 2 », le prix Jean Clinquart a été attribué à Monsieur Mathurin LOHIER, pour son travail sur le thème « le tiers-monde des brigades ? Le douanier et son statut d’après la presse professionnelle sous la troisième république (1870-1914) », réalisé sous la direction de Monsieur Jean-Noël LUC, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Paris I Panthéon Sorbonne.
Quelle est la définition d’un douanier selon les douaniers ? Telle est la question que s’est posé M.LOHIER, avec l’objectif d’y répondre par la lecture et l’analyse de la presse professionnelle de cette fin du 19e siècle, les hommes qui l’animent, les revendications qu’elle porte, les réactions, les
réticences, les réponses de l’institution à ce mouvement irrésistible qui conduira à la naissance des syndicats.
Ce faisant, c’est à une plongée dans la vie des douaniers de cette fin du 19e siècle, leur quotidien, leurs difficultés, mais aussi leur fierté de servir l’Etat, leur soif de reconnaissance, à laquelle nous convie ce travail vivant etdocumenté.
Enfin, on découvrira que nombre de thématiques soulevées à cette époque sont encore très présentes dans la douane du 21e siècle : comparaisons avec d’autres administrations ou service (police, DGFIP de nos jours), rattachement de la douane à la police, antagonisme atténué, mais toujours présent, entre les différentes branches de la douane, état d’esprit des agents persuadés d’appartenir à une administration d’élite (cf débat actuel sur les administrations « prioritaires »), mais de ne pas être suffisamment reconnus, sans parler des avatars de la notation et des appréciations phraséologiques…
Une lecture passionnante, à conseiller évidemment à tout douanier et au-delàde la douane.
L’AHAD s’efforcera évidemment de diffuser tout ou partie de ces travaux.